> Sanctuaire Saint Seiya Le Courage d'Aimer...

Saint Seiya, Úpisode 72.
Ikki s'avance devant Saga. Il lui explique qu'il a vraiment compris pourquoi ses amis s'étaient tous battus au point de donner leur vie pour leurs convictions, pour leur déesse... Des larmes lui viennent alors... Des larmes de sincérité. Viennent-elles de cet entêtement d'Ikki à vouloir lui aussi convaincre Saga de sa faute, alors qu'il sait bien que c'est une cause désespérée, ou tout simplement d'un sentiment tellement profond et délicat qu'il ne peut que provoquer l'émotion, une émotion pourtant bien subtile chez ce chevalier à qui la vie n'a jamais fait de cadeau...

Aller jusqu'au bout... Reprendre courage... Ne jamais perdre confiance en soi... Savoir se battre pour ses idées, pour ses amis, pour sa liberté... Autant de leçons que nous donne Saint Seiya tout au long de la série TV.

Ikki nous l'a montré maintes fois. Coupable d'une faute gravissime envers Athéna, celle de s'être opposé à elle pendant un temps, il n'a obtenu son pardon que grâce à sa bienveillance et à sa miséricorde. Une miséricorde divine qu'on retrouve dans nombre de religions, et qui force l'admiration des hommes et renforce leur foi envers leur Dieu. C'est la seconde chance.

Nous avons tous une seconde chance. Mais il nous faut vivre dans le souvenir d'un échec. D'un décès. D'un dépit amoureux. D'un déchirement total du coeur. D'une chute dans les abysses de l'âme.

C'est le souvenir de ces instants qui fait à la fois notre force et nos faiblesses. La mémoire du passé est à la source de tout. Souvenez-vous d'un acte généreux qui fut pour vous le début d'une amitié immortelle et intemporelle...

La mémoire, c'est la mère de toute évolution. Ne pas reproduire les erreurs du passé, c'est changer. C'est s'améliorer. C'est progresser d'un pas vers l'aboutissement. Vers l'ouverture à l'esprit unique, cette force, cette entité qu'on appelle Big Will ou Cosmos dans Saint Seiya, Nirvana dans le Bouddhisme, Sagesse dans notre culture.

Non pas de cette sagesse qui vous aide à mieux survivre et à vous donner un semblant d'auto-satisfaction le jour de votre mort. Mais de cette sagesse qui fait avancer le monde, notre humanité. Cette sagesse altruiste qui fait profiter aux autres d'un aboutissement personnel.

Le souvenir d'une mere...

Car ce n'est pas pour soi qu'on doit progresser, mais pour les autres. Ce n'est pas pour soi qu'on doit vivre, mais pour l'humanité. Nous sommes tous éléments d'un seul monde, celui des hommes. Un monde qui cherche à grandir, à atteindre cette perfection qu'il n'a jamais pu avoir, cet équilibre qui le fera rayonner dans la nuit des temps.

C'est en cela que le symbole de Saint Seiya est révélateur. Les chevaliers de Bronze savent aller au delà de leurs capacités acquises (un entraînement physique rigoureux et une armure réputée invincible) pour dépasser leur stade humain et se mettre au service d'une progression du monde, à travers l'éradication des tendances les plus maléfiques qui sommeillent en nous. Il en faudra, du temps, avant qu'un jour on puisse espérer que l'humanité ait totalement vaincu le Mal qui l'habite. Mais en attendant ce jour, il faut lutter pour tenter de créer un équilibre entre ce Mal si facile à perpétrer, et le Bien qui semble n'être aujourd'hui que la fierté d'une poignée d'illuminés qui, après tout, ne cherchent peut-être qu'à atteindre leur propre salut, dans la crainte ancestrale des démons qui les attendent aux Enfers.

Saint Seiya nous prouve qu'on peut aller au delà de ces semblants de bonté, et n'avoir de considérations qu'envers les autres, et non soi-même. Il suffit de les aimer........ Avez-vous jamais aimé ? Oui, de cet amour que vous n'oublierez jamais... Qui restera ancré au plus profond de votre être et l'influencera jusqu'à la mort... Le cosmos que les chevaliers ressentent en eux, c'est cet amour global, l'énergie vitale des autres. L'amour le plus puissant de Saint Seiya, et peut-être le moins évident pour le spectateur non averti, c'est celui d'Athéna envers le monde. Elle représente les dernières vertus de l'homme, l'amour qu'on peut porter envers ce mélange de Bien et de Mal qui ne sait pas faire la différence entre les deux, cet animal qui n'a cessé d'évoluer physiquement jusqu'à devenir le maître de sa planète de résidence, mais a oublié de devenir également maître de lui-même, à travers le contrôle de ses propres pensées, de ses propres instincts, de ses pulsions innées.

L'autre amour de Saint Seiya, c'est celui que porte Seiya envers Saori. Un amour double, puisqu'il aime à la fois la femme qu'elle était jusqu'à ce qu'elle se rende compte qu'elle n'était autre qu'Athéna, mais il aime peut-être encore plus cette divinité qui n'est autre qu'un symbole absolu des bons côtés de l'homme, ceux que chacun renferme en soi et qui provoque l'amour des autres quand il arrive à les extérioriser.

Eh oui, l'amour de Seiya envers Athéna, c'est l'amour d'un homme pour son peuple, pour ces gens qu'il a cotoyés et qu'il a appris à aimer sans préjugés, avec la conviction qu'ils méritaient tous de vivre, et que ce n'est que par faiblesse spirituelle qu'ils se sont la plupart du temps laissé aller à commettre le Mal autour d'eux, sans même s'en rendre compte... Des gens comme vous et moi. Ni meilleurs, ni plus mauvais.

Car nous sommes tous pareils. Nous naissons tous égaux. Parfois, les adultes nous inculquent que seul le Mal peut permettre de survivre aujourd'hui. Même si c'est un peu vrai, ce n'est dû qu'à un laisser-aller de la part de l'humanité. Si chacun se serrait les coudes, il n'y aurait plus de chômage, plus de corruption, plus de meurtres. C'est à ce monde parfait qu'aspirent Athéna et nos chevaliers. Malheureusement, certains se laissent complètement envahir par ces pensées négatives qu'ils préfèrent adopter par pure bêtise que combattre. Peut-être simplement parce que personne autour d'eux ne leur a appris à les réfuter. Mais c'est à nous de trouver naturellement la voie vers cette purification...

Ne perdez jamais l'espoir.

Je ne pardonnerai pas aux fascistes, à ceux qui véhiculent la haine et le Mal. Mais je sais que même si certains se laissent encore aller à considérer Hitler comme un exemple, d'autres se battront toujours pour faire connaître ses crimes. Et l'important, c'est qu'ils soient toujours plus nombreux. Génération après génération, si chacun y met du sien, nous y arriverons.

Les chevaliers seront toujours là pour nous le rappeler... Et avec eux, tout l'optimisme des héros de notre enfance...

Cyber Namida est le fruit de la passion de René-Gilles Deberdt. Tous droits réservés.